Méditation et Concentration dans la pratique du sport

extrait de « Sport et Méditation » de Sri Chinmoy

ocean-05

Le silence de la méditation
Se trouve au cœur de l’action
Et le dynamisme de l’action
Se trouve au cœur de la méditation.

Qu’est-ce que la Méditation ?

La méditation signifie l’expansion consciente de soi. La méditation signifie la reconnaissance ou la découverte de sa propre réalité. C’est par la méditation que l’on transcende les limites, les faiblesses et les imperfections. La méditation est dynamisme sur les plans intérieurs de conscience. Si nous voulons accomplir quelque chose, que ce soit dans notre vie intérieure ou dans notre vie extérieure, l’aide de la méditation est capitale. Lorsque nous méditons, nous entrons en fait dans la partie la plus profonde de notre être. À ce moment-là, nous sommes capable de faire venir en avant les richesses enfouies en nous.

La méditation nous montre à la fois comment aspirer à quelque chose et comment réaliser cette chose. En pratiquant chaque jour la méditation, nous serons assurés de voir les problèmes de notre vie intérieure comme extérieure se résoudre. La méditation simplifie notre vie extérieure et donne de l’énergie à notre vie intérieure, la méditation nous offre une vie naturelle et spontanée.

Pendant la méditation, que faisons nous ?

Nous entrons dans un mental vide, calme, tranquille et silencieux. Nous entrons profondément en nous et nous abordons notre véritable existence, qui est notre âme. Lorsque nous vivons dans l’âme, nous réalisons que nous méditons en fait spontanément. À ce moment-là, nous voyons notre existence intérieure emplie de paix et de tranquillité.

Méditer, c’est aller au fond de l’océan, où tout est calme et tranquille. Une multitude de vagues a beau agiter la surface de l’océan, ses profondeurs n’en sont pas affectées pour autant. Elles demeurent dans le silence. Lorsqu’on médite, on essaie d’abord d’atteindre sa propre existence intérieure, sa véritable identité, ou si vous préférez, le fond de l’océan, de sorte que lorsque les vagues du monde extérieur déferlent, elles ne nous touchent plus. La peur, le doute, l’inquiétude et tous nos tourments quotidiens s’évanouissent d’eux-mêmes : une paix indestructible s’est désormais installée en nous. Les pensées ne peuvent plus nous toucher parce que notre esprit est complètement inondé de paix, de silence, de sentiment d’unité. Comme des poissons dans l’eau, nos pensées nagent et bondissent sans laisser de traces. Comme des oiseaux dans le ciel, elles volent sans laisser aucune trace derrière elles. Ainsi sommes-nous, dans notre méditation la plus élevée, semblables à l’océan dont les créatures qui l’habitent n’inquiètent pas la majesté. Nous sommes comme le ciel dont les oiseaux ne troublent pas la sérénité. Notre esprit est le ciel et notre cœur est l’océan infini. Voilà ce qu’est la méditation.

Lorsque nous méditons, nous nous jetons dans l’immensité, dans un océan infini de paix, ou bien nous accueillons l’immensité infinie en nous. La méditation s’étend. La méditation se développe constamment et devient paix, lumière et félicité.

Un effort conscient

La méditation ne signifie pas seulement s’asseoir tranquillement pendant cinq ou dix minutes. Elle demande un effort conscient. Il faut calmer et apaiser le mental tout en le maintenant vigilant pour ne laisser aucune pensée ou aucun désir le distraire. Une fois le silence établi dans notre mental, nous voyons une nouvelle réalité poindre en nous. Lorsque l’esprit est calme et disponible et que notre existence entière devient comme un réceptacle vide, l’être intérieur peut alors invoquer la Paix, la Lumière et la Béatitude infinies pour en être inondé.

La méditation signifie l’éveil conscient de notre source.

Lorsque nous méditons, nous essayons consciemment d’aller à la source qui est toute perfection. Notre source est Dieu, notre source est vérité, notre source est lumière. La méditation nous emmène à notre source, là où il n’y a plus aucune imperfection, plus aucune souffrance. Où se trouve cette source ? Elle est en nous. Celui qui est intérieurement éveillé a libre accès à la Vérité infinie et à la Joie durable ; il est capable de contrôler sa vie extérieure. Qu’est-ce qui nous donne l’éveil intérieur ? La méditation.

Chaque chercheur spirituel a un ami intime, un compagnon constant, un ami qui est toujours auprès de lui. Quel est ce meilleur ami ? Le Réel en lui. Le Réel en lui est le chercheur éternel qui aspire éternellement vers la Vérité, la Paix, la Lumière et la Béatitude infinies.

L’Évolution de l’âme

À travers la méditation, l’âme devient pleinement consciente de son évolution dans son voyage éternel. Avant de s’incarner, l’âme reçoit un message intérieur à propos de sa mission divine sur terre. Elle est pleinement consciente de sa mission. Mais au cours de notre vie, les agissements du mental physique peuvent parfois recouvrir l’inspiration divine de l’âme et ses motivations réelles. La mission de l’âme ne peut alors plus s’exprimer. Ce n’est que si nous aspirons avec notre mental, notre cœur et notre âme que nous pouvons connaître la raison de notre existence ici sur terre.

Lorsqu’on fait appel à la puissance de la volonté de l’âme, elle est comme une immense vague dans l’océan qui inonde aussitôt la conscience tout entière. Dès que la volonté de l’âme s’exprime, nous ressentons inévitablement que notre conscience intérieure est remplie d’énergie divine, de joie intérieure, de félicité intérieure, de puissance intérieure et de confiance intérieure. Tout élément négatif est balayé par la vague de la force de l’âme.

L’athlète doit sincèrement ressentir qu’il a une âme

et non pas se contenter de le penser uniquement parce que quelqu’un l’a affirmé. Beaucoup de gens n’ont même pas accès à leur cœur alors comment auraient-ils accès à leur âme ? C’est en pratiquant la méditation régulièrement et continuellement que l’on peut ressentir la présence de l’âme et finir par la voir. Mais même si nous ne voyons pas l’âme, si tout au moins nous pouvons ressentir sa présence dans les profondeurs de notre cœur, nous amènerons progressivement sa lumière dans le vital, dans le mental et dans le physique. Mais nous devons commencer par la conscience de l’existence de l’âme. Cela ne doit pas être une croyance mentale, mais une véritable expérience psychique.

La force positive et la paix de l’esprit

Lorsque nous méditons, nous essayons de devenir un canal parfait pour la force positive. La force positive est la lumière, et la force négative est l’obscurité. La force positive est l’amour et non la haine. La force positive est la croyance et non l’absence de croyance. À chaque instant de notre vie, la force positive nous aide parce qu’elle nous amène consciemment à notre destination, qui est la perfection.

Lorsque notre esprit est en paix et silencieux, lorsque notre vital est dynamique et que notre corps est conscient de ses actes, nous vivons dans le palais de la satisfaction, où ne peuvent exister ni maladie, ni souffrance, ni imperfection, ni obstacle à notre paix, à notre lumière et à notre satisfaction qui sont toutes durables. La méditation est un moyen ; c’est un chemin, c’est une voie. En marchant le long de cette voie, nous atteindrons notre destination qui est toute perfection.

Lorsque nous méditons, quel résultat obtenons-nous dans la vie extérieure ?

Nous rendons notre mental calme et silencieux. Il est pratiquement impossible pour la plupart des gens de calmer leur mental. Celui qui n’a pas l’esprit en paix est un véritable mendiant ; il est comme un singe dans un corps humain. Il n’est jamais content. Mais si nous pouvons garder notre esprit en paix, ne serait-ce qu’une seconde, nous avons alors l’impression d’avoir beaucoup accompli dans notre vie. Lorsque notre esprit est en paix, notre vital et notre corps se calment, et dès qu’il y a de la paix, toute disharmonie disparaît. Celle-ci n’existe que dans le monde de l’anxiété, de l’insatisfaction, de la tension et de la confusion. Sans tout cela, il n’y aurait aucune souffrance. Là où l’harmonie règne, les souffrances de l’homme s’arrêtent.

La méditation n’est pas une échappatoire. La méditation est l’acceptation de la vie dans sa totalité en vue de sa transformation.

La force concentration

Sans concentration, on ne peut réussir en sport. Ceux qui veulent entrer dans la méditation doivent commencer par maîtriser l’art de la force de concentration.

kl-ueli-steck-2815-jpg-3132732
Ueli Steck grimpant en free solo le  pilier « Excalibur » dans les Alpes suisses. (photo©Robert Boesch)

Cinq jours avant de battre son record d’escalade en solo de la face nord de l’Eiger, l’alpiniste suisse Ueli Steck expliqua dans un interview comment la concentration et l’attention sur l’instant présent étaient absolument indispensables dans l’escalade libre et l’escalade de vitesse.

« Je recherche toujours des buts qui sont des défis pour moi et qui prennent toute mon attention. Je me focalise vers mon but ; je ne me contente pas de grimper, ça n’est pas ma démarche. Ce que je veux, c’est atteindre le but. Ma concentration est également mon assurance-vie. Dans les moments critiques, je me concentre très fort sur ce qui est positif, jamais sur ce qui ne va pas. Il y a toujours une solution.

Le chemin vers mon but ne fait que monter, il ne descend jamais !

Tout là-haut, au sommet, là se trouve le but. Pour y arriver, je prends un chemin et ce qui compte, sur ce chemin, c’est uniquement l’instant présent. Les pensées qui précèdent sont des pensées qui ne servent à rien parce qu’elles ne sont pas nécessaires. Le futur arrive. Très souvent il dépend du présent. Plus nous sommes conscients de faire ce qu’il faut dans l’instant présent, plus le futur se présente bien.

Tout est une question d’instant présent !

Rien d’autre que l’instant. Dans cette concentration entière dans l’ici et maintenant, j’ai quelques fois fait l’expérience de me voir grimper, de voir mon corps comme un simple instrument.»

« Une fois, cela m’est arrivé en faisant l’ascension difficile de l’Excalibur dans les Alpes suisses en solo libre. C’était comme si je me regardais de l’extérieur. Je voyais mon corps grimper et je me suis dit : « Ouah, il monte bien ! » Ça c’est quand la concentration devient méditation ; c’est indescriptible. Il y a seulement l’instant présent et moi, qui inspire et expire.

Quand j’ai atteint le sommet, j’ai ressenti de la joie. Une joie extrême ! La joie de savoir que le ciel était bien plus grand et plus vaste qu’hier. »            Ueli Steck

 


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *